Paradigme (généralités)

Tatiana Taous & Virginie Tellier
CY Cergy Paris Université – Laboratoire ÉMA
2021

Changer de paradigme – dans le sens de « modifier le curseur ou le modèle d’analyse » –, unifier le paradigme (morphologique) – où paradigme entre alors fortement en lien avec les phénomènes d’analogie et les faits de système – ou encore, placer sur le même axe paradigmatique…, voilà autant d’emplois du terme paradigme et de sa famille, sur lesquels nous souhaiterions revenir dans la présente rubrique.

La rubrique PARADIGME (généralités) revient sur l’histoire du terme, présente ses différents domaines d’emplois, avant de proposer une analyse sémantique. Les emplois en linguistique [voir PARADIGME (linguistique)] et en épistémologie [voir PARADIGME (épistémologie)] font l’objet de rubriques particulières.

Plan de la rubrique :

I. Origine de la notion
I.1. Les premiers emplois en grec
I.2. En latin : emplois en rhétorique
I.3. En latin : emplois dans l’exégèse biblique et trace du premier emploi morphologique
II. Les divers domaines d’emploi
III. Sèmes récurrents ou traits sémantiques invariants expliquant les différents domaines d’emploi
Bibliographie

Pour citer cet article :

Taous, Tatiana & Tellier, Virginie (2021). Paradigme (généralités). Dictionnaire des termes utilisés en formation, dir. Guilhem Labinal et Virginie Tellier, Laboratoire EMA, Hypotheses.org


I. Origine de la notion

Calque fidèle (phonématique) du grec tò parádeigma, -atos (τὸ παράδειγμα, -ατος) « modèle, exemple », le mot paradigme est passé en français par l’intermédiaire du latin paradigma, -atis. D’un point de vue morphologique, le terme grec est un dérivé déverbal sur paradeíknumi (παραδείκνυμι) « montrer (-deíknumi) à côté de (para-) », « mettre en parallèle / en regard », d’où « comparer ».

I.1. Les premiers emplois en grec

En grec, le terme connut des emplois variés selon les domaines. Le premier domaine répertorié par A. Bailly (1950, p. 1460) est celui de l’artisanat, le terme étant employé en architecture (Hérodote), peinture ou sculpture (Platon). Chez Platon (Rép. 592b), le terme renvoie à des types ayant servi de modèles aux « choses terrestres », aux objets manufacturés, chacun ayant en puissance un modèle qui les transcende et duquel ils sont tirés. De là, des emplois plus figurés et abstraits, comme le révèlent les expressions paradeígmati chrêsthai (παραδείγματι χρῆσϑαι) « prendre un exemple » ou épì paradeígmatos (ἐπὶ παραδείγματος) « par exemple » : à l’idée fondamentale de « cadre modélisant » se joint celle d’émulation, qui finit par se mêler, dans les écrits littéraires, philosophiques et théologiques, à une volonté didactique de clarification du propos[1]. L’histoire des emplois en latin indique comment tout nait de la volonté d’édifier à partir d’un (contre-)modèle : le paradigme fonctionne alors comme une figure de rhétorique, outil pédagogique visant à une modification de comportement et traçant une ligne de conduite vers une éthique de vie exemplaire.

Les Latins empruntent le terme grec et le cantonnent à un emploi rhétorique. Deux types de textes évoquent des éléments permettant d’approcher le concept de paradigme chez les Latins : les textes exégétiques des Pères de l’Église, qui définissent, puis interprètent les paradigmes mis en œuvre dans les Écritures ; les traités de rhétorique et autres artes grammaticae, qui proposent des définitions succinctes, souvent identiques, indices d’une vulgarisation grammaticale fortement figée.

I.2. En latin : emplois en rhétorique

D’après la documentation disponible (Brepolis Latin, s. u. « paradigm* »), tout commence avec les grammairiens latins et, plus précisément, au IIIe s. de notre ère, avec Marius Plotius Sacerdos, dont la grammaire (Artes grammaticae), remaniée au Ve s. par le Pseudo-Probus (Baratin 1998-2000 in CTLF), a inspiré le chrétien Cassiodore (VIe), expliquant ainsi la stabilité de la définition à la fois en grammaire et en théologie. Dans cette grammaire – et dans toutes celles qui suivront[2] –, le paradigma n’est pas envisagé sous l’angle morphologique : il ne renvoie donc jamais à un regroupement de formes flexionnelles de telle ou telle classe grammaticale, et ce, contrairement à ce que laisseraient penser les emplois actuels, dont nous avons cru trouver les premières traces au XVIIe s. (dans la Metaphysica du philosophe flamand Arnold Geulincx, nous y reviendrons) et dont les différentes éditions du Dictionnaire de l’Académie française (de 1762 à 1935), l’Encyclopédie (Diderot & d’Alembert) et le Littré se sont pourtant fait le relai[3].

Si le mot paradigma n’apparait jamais dans les chapitres consacrés à la morphologie des parties du discours, en revanche, il occupe une place de choix dans ceux traitant de rhétorique. Le paradigma constitue ainsi un sous-type de l’homoeosis, l’une des treize figures de rhétorique enregistrées par la tradition grammaticale de l’Antiquité tardive et qui a complètement disparu de nos typologies actuelles (contrairement à la métaphore ou à la synecdoque, par exemple, cf. Grondeux 2003, p. 44).

Le calque grec homoeosis[4], d’une fréquence négligeable en grec[5], y est défini pour la première fois comme « la description d’une chose inconnue (ignotae rei descriptio) à partir de sa similitude (per similitudinem eius) avec une chose connue (cognita)[6] ». La visée de cette figure est donc de créer une analogie entre une notion ou un fait inconnu et une situation supposée suffisamment proche et connue du destinataire, pour que ce dernier en tire les conclusions éthiques qui s’imposent. L’ancrage didactique et pédagogique est donc bien prégnant. L’homoeosis, traduite par le latin similitudo (« comparaison, assimilation », André 1971, p. 39), connait trois modes de réalisation rhétorique possibles : la parabola, le paradigma et l’icôn :

Fig : Le paradigma comme mode d’expression de la figure de l’homoeosis

Cette typologie tripartite de l’homoeosis sera reprise de manière fidèle, moyennant, selon les grammaires, quelques aménagements dans l’ordre de successions des trois modes.

Sacerdos revient ensuite plus précisément sur les trois types isolés : le paradigma est, dans cet effort de caractérisation, défini comme la « narration » (relatio) d’une « chose qui s’est déroulée par le passé » (rei praeteritae), dont l’objectif est d’édifier celui qui l’écoute, que ce soit par l’admiration ou par l’aversion[7] suscitée par le modèle ainsi exposé (ad hortationem uel dehortationem). Trois idées essentielles voient le jour et resteront stables du IIIe s. à l’époque médiévale : le paradigma repose sur un récit (relatio, (e)narratio) dont l’antériorité est avérée et possède une capacité à signifier (significans, chez Charisius et Diomède)[8]. La nature du modèle, très sommairement qualifiée de « chose » (res), va connaitre un premier effort d’identification chez Diomède, mais c’est quelques siècles plus tard (au VIIe), en Espagne, que l’on trouve une tentative encore plus poussée (chez Julien de Tolède et Isidore de Séville).

Isidore (Et. XX 1, 37) développe l’idée que le rapprochement ne signifie pas stricte équivalence. En effet, le rapprochement se fait plus volontiers ex dissimilibus, c.-à-d. à partir d’éléments dont les référents extralinguistiques sont très distincts : le destinataire doit alors trouver la matrice saillante, le point commun, qui permet la mise en parallèle des deux termes. Isidore prend l’exemple de Jules César, assimilé in absentia – en ce sens que le comparé n’est pas exprimé dans l’énoncé – à un lion. L’intérêt de cette mention est de révéler comment similitude et dissemblance se trouvent subsumées sous une notion plus large /SIMILITUDE/, le négatif jouant conceptuellement une part aussi importante que l’appréhension par le positif (Fuchs 2017, p. 54-56)[9]. Mais contrairement à la parabola, qui est assez diffuse dans sa narration, le paradigma travaille sur un dit (exemplum dicti) ou un fait accompli (exemplum facti) par un individu mémorable – dans le pire comme dans le meilleur. Le paradigma se fonde donc sur un comportement (genus), incarné dans un dire ou une action, retenus par l’Histoire.

Enfin, pour être complète, la prospection entreprise dans la documentation grammaticale en langue latine se doit de mentionner deux innovations de l’époque médiévale. La première consiste à simplifier le système originellement tripartite : Évrard de Béthune, grammairien du XIIIe s. (Graecismus I), ne juge plus utile de faire la distinction entre paradigma et parabola et avoue que l’on peut appeler indifféremment le phénomène par l’une ou l’autre dénomination. Cette confusion est relevée par le glossateur du Graecismus (XVe s.) qui souligne la nouveauté, notamment au regard de toute une tradition antérieure, issue de Donat. C’est peut-être cette confusion, largement diffusée à l’époque médiévale[10], qui explique que le terme paradigma a pu développer de nouveaux emplois, notamment dans le domaine morphologique : délesté de son emploi rhétorique, il a pu être réutilisé à des fins purement grammaticales. Le glossateur du Graecismus attire également l’attention sur le paradoxe du paradigma – et c’est là la seconde innovation –, dans la mesure où le modèle n’est pas dit en lui-même (quid dicatur non ergo sui), mais à partir d’un autre (sed alius). Le rédacteur insiste alors bien sur l’existence d’un décalage entre ce qui est dit (aliquid dicimus « nous disons quelque chose ») et ce qui est signifié (aliud significamus « nous signifions autre chose »). Cette équation mentale, à laquelle doit se livrer le destinataire, trouve un ancrage non seulement dans les textes philosophiques (au nombre desquels se comptent les célèbres paraboles socratiques), mais également dans les exégèses bibliques, où toute la tâche des théologiens sera de commenter les Écritures pour interpréter le verbe divin en en clarifiant le modèle sous-jacent.

I.3. En latin : emplois dans l’exégèse biblique et trace du premier emploi morphologique

Qu’ajoutent, à la réflexion, les commentaires des Pères de l’Église sur la Bible ? Cassiodore (VIe s.) nous a semblé introduire deux éléments d’importance qui permettent de comprendre comment l’épistémologie a pu récupérer la notion de paradigme. Dans son interprétation des Psaumes, Cassiodore conçoit le paradigme comme un schema, une figura dont le vecteur est le discours (figura dictionis). En tant que Modernes, nous verrions plutôt dans le paradigma une figure de pensée, dans la mesure où les termes ou éléments rapprochés le sont virtuellement et, généralement, sémantiquement. Les Anciens en font une figure de diction en raison du vecteur que constitue la parole : ce sont les logia Iêsou[11] ou encore les prédications qui relaient ces images exemplaires (voir les verbes du type « exposer », « dire », « déclarer » utilisés pour expliquer la notion). L’épistémologie retiendra l’idée que le paradigme représente un cadre modélisant (schema) destiné à être diffusé et enseigné (docens). Ce cadre, consensuel à un moment donné, est néanmoins dynamique et toujours sujet à révision (Juignet 2015).

S’ils n’aident pas à saisir la genèse de l’emploi morphologique, les données grammaticales latines et les commentaires sur la Bible permettent, néanmoins, de comprendre le sens que retiendra la démarche syntaxique du courant linguistique du début du XXe. En effet, il s’agira alors de placer sur le même axe paradigmatique un élément, sélectionné dans un énoncé pour sa résistance à l’analyse, et de rendre saillantes les combinaisons potentielles, présentes en puissance ; en somme, de trouver les éléments non exprimés, mais avec lesquels l’élément problématique entre en réseau[12]. Toutefois, avant cette acception linguistique, les dictionnaires d’usage font état d’un emploi morphologique, sur lequel ils s’accordent unanimement : le paradigme correspond au répertoire des formes sujettes à flexion, comme la conjugaison pour le verbe, la déclinaison pour les noms, adjectifs, pronoms et déterminants. Or, cet emploi, qualifié de grammatical depuis le Dictionnaire de l’Académie française, ne doit rien aux sources grammaticales de langue latine : si ces grammaires (ou artes) font bien état de paradigmes en proposant la déclinaison ou la conjugaison de telle ou telle partie du discours, à aucun moment, elles n’étiquettent le fait sous le nom de paradigmes : les « exemples », les « paradigmes » sont donnés, sans qu’il soit précisé qu’il s’agit bien de paradigmes. La seule occurrence du terme paradigma, associable à cette acception spécifiquement morphologique, nous semble due à Arnold Geulincx (Metaphysica ad mentem peripateticam, XVIIe s.). Le paragraphe en question, intitulé « Des [cas] obliques », prend pour point d’ancrage la morphologie casuelle ; Geulincx dénonce alors la fatuité des personnes s’estimant férues en humanités et pensant maitriser les paradigmes morphologiques des langues anciennes :

Arnold Geulincx, Met. ad ment. per. II §4, p. 249, l. 5 :
« Des cas obliques.
Bien que tous ceux qui se sont exercés aux rudiments de la langue latine ou grecque aient généralement la conviction d’avoir acquis une connaissance suffisamment grande des cas obliques, parce qu’ils ont appris de mémoire les différents exemples [litt. « paradigmes »] de déclinaisons et flexions des cas obliques à partir des cas directs, […] cependant, il n’en va pas ainsi et peu nombreux sont ceux qui comprennent avec une intelligence suffisamment nette le vrai fonctionnement de la flexion oblique. »[13] (trad. T. Taous)

Au-delà de la notation morphologique et de la suspicion d’une méconnaissance du système flexionnel, cette remise en cause des connaissances linguistiques des contemporains doit être réinscrite dans la mouvance de l’époque : dans un contexte fortement marqué par les guerres de religion, Geulincx, en calviniste avéré, nous parait dénoncer avec vigueur les exégètes et autres commentateurs de seconde main et invite donc à revenir à la lettre, ce qui passe par un retour aux fondamentaux des langues anciennes[14]. On pourra donc conclure de cette unique occurrence attestant l’emploi morphologique (et le seul retenu par la postérité grammaticale) que théologie, grammaire et philosophie ne constituent pas des systèmes clos et cloisonnés. Les trois domaines s’éclairent mutuellement et constituent des jalons dans le raisonnement progressif de Geulincx et dans le développement de son credo. Le calvinisme, dont Geulincx a rallié la cause, se fonde sur une lecture et une exégèse biblique rigoureuse (théologie), laquelle tend à décrire et expliquer une métaphysique (domaine de la philosophie)[15]. Or, seul un retour à la lettre du texte, par un réapprentissage rigoureux des rudiments de la langue (grammaire), constitue le levier de cette construction métaphysique du monde et de sa théologie. Au terme de ce parcours, paradigma concentre des emplois dans ces trois domaines.


II. Les divers domaines d’emplois

Le TLFi enregistre trois domaines d’emploi : en grammaire, en linguistique et en épistémologie.

Pour le domaine grammatical, la rubrique fait état de deux emplois : l’un, morphologique – où paradigme correspond spécifiquement à un modèle ou un exemple de flexion –, l’autre, généralisant, dans le sens d’« exemple-type ». Par extension, le paradigme n’est plus seulement un exemple de flexion, mais un prototype, dont les caractéristiques peuvent être transposées sur d’autres modèles proches. On le voit, cette généralisation doit beaucoup à la définition originelle du terme et porte les prémices de l’emploi épistémologique (« cadre modélisant »).

Le deuxième domaine retenu est celui de la linguistique [voir PARADIGME (linguistique)] : sous l’influence de Saussure, paradigme s’oppose à syntagme, lequel renvoie à des termes présents dans l’énoncé et aux rapports sémantiques et morphosyntaxiques qu’ils entretiennent. Le paradigme, en revanche, renvoie à un donné potentiel, « virtuelle[ment] » actualisé « dans une série mnémonique » (Saussure 1916, p. 171), c.-à-d. à des associations « virtuelles », faites entre deux termes en l’absence de l’un d’eux : le locuteur établit ces associations, de natures diverses, en restituant une série qu’il peut avoir en mémoire (d’où l’adjectif « mnémonique ») ou construire « dans le texte, en fonction des possibilités qu’offre (et tout autant ferme) l’organisation syntagmatique » (Rabatel 2017, p. 189). Le paradigme est donc une construction de l’esprit (Rabatel 2017). Cet emploi, innovant, ne peut se comprendre que si l’on conserve à l’idée le fait que le paradigme ne repose pas tant sur une similarité que sur une dissemblance, en somme sur une similarité par défaut. C’est le trait /par défaut/ qui explique que l’ordre paradigmatique se fondera sur la restitution d’éléments, absents de l’énoncé, mais qui pourraient être virtuellement actualisés dans un énoncé approchant, en somme, des « constituants possibles pour occuper une même position » (Van Raemedonck & Detaille 2011, p. 157). Les rapports paradigmatiques sont alors spatialement métaphorisés par l’axe vertical (sur lequel s’opèrent les substitutions virtuelles) ; les rapports syntagmatiques, par l’axe horizontal, qui matérialise (du moins, dans les systèmes graphiques conventionnels des langues occidentales) la chaine linéaire et phrastique (Fuchs 2017, p. 53)[16].

Enfin, le troisième domaine isolé par le TLFi est celui de l’épistémologie [voir PARADIGME (épistémologie)] : le paradigme est alors entendu, depuis les travaux de Kuhn en histoire des sciences, comme le cadre modélisant d’une notion, dont les caractéristiques ont été reconnues par l’ensemble de la communauté scientifique, spécialiste de la question. Ce cadre, présenté comme un modèle de référence, ne l’est que tant qu’aucune découverte ne vient le saper dans ses fondements. Tant que sa validité n’est pas remise en question, le paradigme a vocation à être diffusé. Cette acception doit largement aux définitions antiques, dans la mesure où l’idée très générique de modèle se trouve jointe à celle d’enseignement : le paradigme, en épistémologie, vise à enrichir intellectuellement la communauté.


III. Sèmes récurrents ou traits sémantiques invariants expliquant les différents domaines d’emplois

Sur le modèle de l’école de l’analyse sémique (Pottier 1992, Moussy 1991), nous proposons d’isoler les traits sémantiques pertinents permettant de reconstituer les diverses évolutions sémantiques au sein des trois domaines retenus : tout partirait du trait 1./modèle-cadre/, effectif et présent, ce modèle entrainant une /réplique potentielle ou virtuelle/ (trait 2). À ces deux invariants fondamentaux s’ajouteraient les traits 3./dynamique/ et 4./vertu didactique/.

Ainsi, en grammaire, le paradigme vise à appliquer un modèle A, en en prélevant les éléments transposables (en gros, les désinences flexionnelles), sur un modèle B, virtuel (soit le modèle chanter, duquel l’on déduira la conjugaison de souhaiter). Le paradigme a alors une vertu pédagogique. Sont réalisés les traits 1, 2 et 4.

En linguistique, le paradigme conduit à imaginer un modèle de remplacement (et donc, potentiel) à partir d’un modèle A donné et ce, à des fins de comparaisons linguistiques (nuances sémantiques, discursives, énonciatives…). Le paradigme a donc vertu didactique, puisqu’il s’agit de décrire au plus près un phénomène linguistique résistant pour en proposer une description renouvelée, qui échappe aux cadres de la grammaire traditionnelle. Sont réalisés les traits 1, 2, 3 et 4.

Enfin, en épistémologie, le paradigme consiste à présenter un modèle, le trait /virtuel/ ne s’actualisant que dans l’idée que le modèle retenu par la communauté scientifique, à un instant T, peut toujours être sujet à révision et à modifications profondes (ouverture des potentiels de la connaissance)[17]. Sont réalisés les traits 1, 2, 3 et 4.

Bibliographie

  • André, Jacques (1971). Emprunts et suffixes nominaux en latin. Genève : Librairie Droz.
  • Bailly, Anatole (1950). Dictionnaire Grec – Français. Séchan & P. Chantraine (rév.). Paris : Hachette, 3ème édition, 1963.
  • Baraquin, Noëlla & Laffitte, Jacqueline (2020). Dictionnaire des philosophes. Paris : Armand Colin, 4ème édition.
  • Brepolis Latin: Library of Latin Texts (séries A et B).
  • CTLF = Corpus de textes linguistiques fondamentaux.
  • DA = Dictionnaires d’autrefois. Université de Chicago. [Le site de l’Université de Chicago donne la possibilité d’effectuer des recherches dans les dictionnaires français suivants : Nicot, Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne (XVIe s.) ; J.-F. Féraud, Dictionaire critique de la langue française (1787-1788) ; Dictionnaire de l’Académie Française (1694-1935) et É. Littré, Dictionnaire de la langue française (1872-1877).]
  • Diderot, Denis & d’Alembert, Jean (dir.) (1751-1772). Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Paris. Numérisation de l’exemplaire original de la Bibliothèque Mazarine.
  • Fuchs, Catherine (2017). Comparaison et paradigme. Signata, 8, 51-64.
  • Grondeux, Anne (2003). Les figures dans le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu et le Graecismus d’Évrard de Béthune : étude comparative. Dans S. Auroux et al. (dir.), History of Linguistics 1999. Amsterdam / Philadelphia : John Benjamins publishing Company, 31-46.
  • Jakobson, Roman (1963). Essais de linguistique générale. 1. Les fondations du langage. N. Ruwet (trad.). Paris : Éditions de Minuit.
  • Juignet, Patrick (2015). Les paradigmes scientifiques selon Thomas Kuhn. Philosophie, science et société [en ligne].
  • Le Feuvre, Claire (2015). Ὅμηρος δύσγνωστος. Réinterprétations des termes homériques en grec archaïque et classique. Genève : Droz.
  • Moussy, Claude (1991). The structure of the signifié. The usefulness and limitations of analysis into relevant features (with applications to Latin). Dans R. Coleman (dir.), New Studies in Latin Linguistics. Cambridge, 63-73.
  • Pottier, Bernard (1992). Sémantique générale. Paris : PUF.
  • Rabatel, Alain (2017). La notion de paradigme au défi du texte : l’exemple des paradigmes entrecroisés de l’énonciation et du point de vue.Signata, 8, 175-204.
  • Saussure (de), Ferdinand (1916). Cours de linguistique générale. C. Bally & A. Séchehaye (dir.). Paris : Grande Bibliothèque Payot, 1967.
  • TLFi = Trésor de la langue française informatisé. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1960), CNRS, Institut National de Langue Française, Nancy, Gallimard, 1992.
  • Van Raemdonck, Dan & Detaille, Marie (2011). Le sens grammatical. Référentiel à l’usage des enseignants, L. Meinertzhagen (collab.). Bruxelles : Peter Lang.

[1] Au point qu’Albert le grand (XIIIe s.) glosera le second élément (-digma) par le participe latin docens « enseignant », paradigma étant paraphrasé en « qui donne un enseignement à partir d’un fait proche (per illud… iuxta) ».

[2] Au IVe s., chez Charisius, Diomède et Donat ; dans les Étymologies d’Isidore de Séville (VIIe s.) ; chez Bède le Vénérable (dans le De schematibus et tropis, VIIIe s.) et, enfin, dans l’Ars Laureshamensis (IXe s.), de mouvance donatienne.

[3] Ces dictionnaires ne retiennent que l’emploi morphologique : le paradigme y est défini comme un modèle de flexion. Même l’Encyclopédie, qui mentionne le terme sous diverses rubriques (outre « paradigme », s. u. « accident », « anomal », « conjugaison », « (ir)régulier », « méthode », « neutre », « supin » et « vocatif »), n’évoque jamais la possible polysémie du terme.

[4] Nous avons relevé deux variantes tardives : Alexandre de Villedieu (XIIIe s.) et, à sa suite, Guillaume d’Ockham (XIVe s.) utilisent le terme homozeuxis, néologisme à consonance grecque (non répertorié par Bailly 1950).

[5] Littéralement, chez Platon, « transformation de manière à devenir semblable à… » (Bailly 1950, p. 1377).

[6] M. P. Sacerdos, Artes grammaticae I : « Homoeosis est ignotae rei descriptio per similitudinem eius quae cognita est. Haec diuiditur tribus modis, in parabolam, in paradigma, in icona ».

[7] Les textes emploient assez librement le substantif dehortatio « dissuasion » ou le participe deterrens « détournant par la peur ».

[8] Le décalage entre ce qui est dit, raconté et ce qui est signifié ne sera explicitement relevé qu’au XVe s., dans une glose du Graecismus d’Évrard de Béthune, voir infra.

[9] Cette idée, présente dès Platon, sera érigée en principe épistémologique par Popper (voir Baraquin & Laffitte 2020, p. 303-307).

[10] Puisque le Graecismus – dont le nom provient du contenu du livre VIII (sur les mots latins à racine grecque) – constitue, avec le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu, le manuel d’enseignement de référence, du XIIIe au XVe s. (voir Grondeux 1998-2002 in CTLF).

[11] « Les paroles de Jésus », textes apocryphes, non retenus dans le Canon biblique.

[12] En réalité, les scholiastes et commentateurs d’Homère utilisaient déjà cette démarche linguistique pour rendre compte de mots homériques devenus obscurs : c’est en rapprochant des contextes analogues qu’ils essayaient de déduire le sens du terme problématique. En somme, si la procédure paradigmatique (ou associative) était connue et pratiquée dans l’Antiquité, elle n’était pas nommée : « quand dans un syntagme […] l’adjectif est de sens obscur, les scholiastes le rapprochent d’un autre syntagme homérique formé du même substantif N et d’un autre adjectif Adj.2 et en concluent que Adj.1 et Adj.2 sont synonymes. Il s’agit d’un raisonnement qui repose sur une analogie paradigmatique, puisque Adj.1 et Adj.2 appartiennent au même paradigme d’épithète du substantif N » (Le Feuvre 2015, p. 37).

[13] « De Obliquis. Quamquam persuasum habere soleant omnes, qui linguae Latinae uel Graecae rudimentis se exercuerunt, se satis magnam obliquorum notitiam adeptos esse, quia uaria paradigmata declinationum inflexionumque obliquorum a rectis, memoriter didicerunt, […] tamen hoc non est ita, et pauci sunt qui ueram obliqui notionem satis distincte animo comprehendant ».

[14] Rappelons que Calvin et Luther dénoncèrent les « indulgences » que l’Église pouvait accorder à certains fidèles : moyennant finance, toute âme pouvait trouver une place au paradis. Face à cette « indulgence » déplacée, indice de la corruption des hommes d’église tout autant que d’une déperdition de la foi authentique, Calvin et Luther exigèrent le retour à la lettre du texte biblique et furent à l’origine de la Réforme qui conduisit à une scission au sein de la chrétienté (catholiques vs protestants).

[15] Jasper dénoncera ces « mythes » et autres « métaphysiques millénaires » : ces « ontologies », louables à l’origine, dans la mesure où elles traduisent les efforts de l’homme pour expliquer le monde, ont fait « l’erreur de » se « considérer comme une réalité objective définie qui serait en même temps l’être en soi » (Baraquin & Laffitte 2020, p. 205).

[16] Cette spatialisation pourrait manquer de pertinence en égyptien hiéroglyphique ou en chinois, par exemple, puisque ces langues linéarisent graphiquement la chaîne syntagmatique à la verticale ou à l’horizontale selon des motivations pratiques (espace disponible sur le support), esthétiques ou iconiques.

[17] Et telle serait, selon Jakobson (1963, p. 209), la particularité du discours scientifique au regard du discours politique : « Le succès d’une convention politique dépend de l’accord de la majorité ou de la totalité de ses participants. En revanche, le recours au vote et au veto est étranger aux débats scientifiques, où le désaccord se révèle en général plus productif que l’accord. Le désaccord dévoile des antinomies et des tensions à l’intérieur du champ étudié ; il est prétexte à de nouvelles explorations ».


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search